Extraits sonores :

Andréa

Tu n’étais pas pressé du tout

Nestor

Un soir, en voyage...

M.V.

La vraie histoire de M.V. Extrait note 7.

Nestor

Nous vivions ensemble, mais pas dans la même rue.

Andréa

- Qu’est-ce qui s’est passé ici?

« J’ai pleuré des torchons et des draps. Comme une enfant, pleine de secousses et la gorge toute gonflée d’un ballon de sanglots. Étouffer, presque. Vider mes larmes jusqu’à la dernière et rester là, enfin exsangue, une baudruche plate. Peut-être disparaître.» p. 23


extrait choisi par La boîte à sorties

_________________________________________________

C'est un questionnement ludique sur le couple, une histoire décalée dans un univers qui ne l'est pas à moins que ce ne soit une histoire normale dans un univers décalé, une mise en miroir de l'amour à travers le double prisme de l'aventure dégagée du devenir d'Andréa et Nestor et du parcours de deux jeunes prostituées, une confrontation de mondes qui se croisent sans se voir... Les points de vue se réfléchissent et le doute se multiplie.

_________________________________________________

Marie-Florence Gros nous livre ici son premier roman.

De formation éclectique, littéraire et commerciale, elle a exercé différents métiers, enseigné alors qu’elle était étudiante, puis fait du conseil en entreprise... Avant de démissionner pour se consacrer à l’écriture, notamment de chansons.

Les romans qu’elle écrit, elle les a jusqu’ici gardés par-devers elle.

Tout contre est son premier roman, et le premier qu’elle mène devant les lecteurs...

Grande lectrice de littérature classique, spécialiste de Diderot, amatrice de littérature portugaise et espagnole, de science-fiction, de magazines de vulgarisation scientifique, de films policiers et politiques, elle aime à mélanger les genres...


De son métier de parolière elle garde l’envie de raconter une histoire en peu de mots, de faire comprendre par l’émotion.



Elle continue d’écrire.

Deux autres romans sont à venir...


RENCONTRE  DE LECTEUR

J’ai choisi deux mails où A., lecteur attentif, rencontré sur un salon, parle de Tout Contre...    Pour lire le courrier intégral, où A. propose une jolie analyse des différentes thématiques, cliquer sur le texte. 

« C’est une géométrie très originale, et un joli défi pour les géomètres ! Deux lignes de temps qui localement se superposent, le temps d’une journée, se séparent ensuite chacune dans une direction, mais restent superposées après cette séparation. Que de boucles et torsades ! Un ruban de Moebius, dont une face est le lendemain, et l’autre la veille, ou plutôt une face Nestor, l’autre Andréa, dont une boucle est une journée ? (...) De culture et de formation, et je crois de passion qui dure encore un peu, je suis plutôt mathématicien, ou physicien, mais théorique bien sûr. Pour vous dire qu’avec ce lourd handicap, je ne suis en rien heurté par votre récit. Bien au contraire.»

Rencontre_de_lecteur.htmlRencontre_de_lecteur.htmlRencontre_de_lecteur.htmlRencontre_de_lecteur.htmlRencontre_de_lecteur.htmlRencontre_de_lecteur.htmlRencontre_de_lecteur.htmlRencontre_de_lecteur.htmlRencontre_de_lecteur.htmlRencontre_de_lecteur.htmlRencontre_de_lecteur.htmlRencontre_de_lecteur.htmlRencontre_de_lecteur.htmlRencontre_de_lecteur.htmlshapeimage_8_link_0shapeimage_8_link_1shapeimage_8_link_2shapeimage_8_link_3shapeimage_8_link_4shapeimage_8_link_5shapeimage_8_link_6shapeimage_8_link_7shapeimage_8_link_8shapeimage_8_link_9shapeimage_8_link_10shapeimage_8_link_11shapeimage_8_link_12
 en anglaisEspanol.htmlhttp://livepage.apple.com/shapeimage_9_link_0