Le grand compliment :


Claude Lemesle m’appelle, après avoir entendu une chanson à la radio :

  1. -Bravo !

  2. -Non, Claude, je n’ai pas signé cette chanson.

  3. -Tu ne l’as pas signée? Tant pis. Elle est quand même bien de toi.

C’était vrai, je ne l’avais pas signée, mais je l’avais largement co-écrite (une erreur de jeunesse...) et Claude m’avait reconnue...


La grande ombre :


La mort de Reggiani, qui m’avait fait l’honneur d’aimer la chanson que je lui avait écrite, mise en musique par Patrick Bruel, et qui a disparu deux jours avant l’enregistrement. Un homme dont les chansons étaient déjà des monuments dans mon enfance, et que j’avais écouté tant et tant... De la Maumariée au Grand Couteau, de ses reprises de La Java des Bombes Atomiques aux Loups sont entrés dans Paris...

Un jour, une voiture était garée sur un petit pont qui menait chez moi. Au milieu du pont. Impossible de passer. La femme se baignait. L’ami qui conduit, sort, agacé,  pour lui demander de bouger son véhicule. Il revient en  riant : la baigneuse chantait Un jour ou l’autre (une chanson d’Isabelle Boulay)... Sa colère était retombée!

Les grandes joies, les petits amusements :


Les concerts, quand la salle se lève et chante à l’unisson une chanson. Tous ces gens réunis, heureux, sur une chanson, c’est magnifique.

QUESTIONS

Il y a les chansons qui sont des combats, à leur manière, Demain, pour la lutte contre le Sida, mais aussi Et puis la Terre, pour les victimes du Tsunami, Parle, Hugo, Parle, pour les Voix de l’Enfant...


Pas si simple d’écrire sur des sujets vraiment graves, qui dépassent nos petites personnes, quand on a horreur du mélo et de l’émotion facile.


Enfin, il y a les chansons pour Ni Putes Ni Soumises, d’abord à la demande de Fadela Amara, puis de Sihem Habchi, la volonté de trouver le ton juste, sans se laisser dépasser par la colère...

Marie-Florence écrit pour Chanson Plus Bifluoré, dignes héritiers des Frères Jacques, qu’elle avait entendu quelques années plus tôt à Bobino dans Le Moteur à Explosion : elle s’était dit alors «J’aimerais bien écrire pour eux».

Claude Lemesle lui avait dit d’une de ses chansons, A quatre pattes, «elle est pour eux». Pourtant, aujourd’hui, ce sont les Voisins du Dessus qui la chantent. Avec Chanson Plus, elle en écrira d’autres, Peinture à Carreaux, Les Zootomobilistes, Heureux comme un poisson, etc.


Elle travaille aussi  avec de jeunes artistes. Mathieu Johann, Donoré, Sandrine François qui gagne le prix de la presse internationale à l’Eurovision avec Il faut du temps....


Convaincue qu’une rencontre est toujours intéressante, elle se laisse volontiers séduire par les personnalités des interprètes qui l’appellent et aime à participer à la construction de leurs univers.

En 1998, elle rencontre Patrick Bruel. Convaincu par Louis-Michel Colla du Théâtre de la Gaîté Montparnasse, il accepte d’écouter le duo qu’elle forme avec Jean-Marie Leau, pour donner un avis. Marie-Florence répond qu’elle n’a pas d’enregistrement, mais qu’ils peuvent venir lui chanter. «Tout de suite?» demande Patrick. «Tout de suite».


Cet après-midi-là, enfoncés dans le canapé jaune, la guitare leur remontant au menton, ils chantent.  Patrick est interpellé.

On lui a demandé un titre pour l’album Ensemble contre le Sida. Le lendemain, Marie-Florence lui a apporté le texte, il a composé la musique.  Ce sera Demain, la première de leurs nombreuses chansons communes, qu’il a reprise dans son spectacle Seul... ou Presque, où il chante également Vous,  et Peur de Moi, la seule chanson que Marie-Florence ait accepté de donner à un interprète alors qu’elle l’avait écrite pour elle... C’est encore une autre histoire... Plus de vingt titres signés ensemble, jusqu’à cet album de novembre 2012, amorcé avec Les Larmes de leurs Pères, dans la suite de leur complice collaboration.

Claude Lemesle appelle Marie-Florence un soir. Il vient de lire sa thèse sur Diderot (quelques 800 pages, son sixième lecteur!),  et il lui demande : «Alors, quand est-ce que tu te mets à écrire ? Viens voir mes ateliers.» Le lendemain, Marie-Florence est chez lui.


Commence une aventure qui la mènera des Francofolies avec les Stylomaniaques, le groupe formé par Claude Lemesle, aux doubles diamants des disques d’Isabelle Boulay, de Patrick Bruel, Et puis la Terre ...